Partagez | 
 

 Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loïc Solaris
Salle de l'esprit et du temps
avatar


Messages : 872
Date d'inscription : 20/12/2009
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)   Mer 23 Déc - 21:24

Bon. Voici l'un de mes GROS projet.

Une énorme fanfiction sur Star Wars qui, dans l'idéal, se voudra être la plus longue et la plus complète de toute histoire écrite sur Star Wars.

Je l'écrit en collaboration avec mon meilleur ami, le bien nommé BelXander. On a commencé ça vers 2004-2005.

Nous écrivons un chapitre chacun par alternance : j'ai les chapitre impairs, mon ami les pairs. Nous suivons les aventures de deux jeunes Jedi, nommé.... Alex et Loïc.

Hé oui, tant qu'à faire, les Jedi que nous suivons sont... nous même lol.

mais c'est très sérieux. C'est justement parceque on se met a fond dans la peau du personnage que cette historie peut être si sérieuse.

Nous avons écrit 15 chapitres environ... oui c'est peu en 5 ans... on a eu de grands blanc... mais on abandonne pas si facilement. Peu à peu on avance.

Voici le chapitre 1. Si des gens lisent, je posterais les suivants peu à peu.

Bonne lecture !



Cette création est une œuvre originale. C'est une fan-saga créée pour le plaisir par deux fans pour des fans et n’a pas pour but de concurrencer ou de faire du tort à tout ce qui se rapporte à l’univers StarWars (films, séries, produits dérivés…).
StarWars ne nous appartient pas et est une marque de LucasFilm Ltd. All Rights Reserved. Tous droits réservés.
Interdiction de copier, même partiellement, de distribuer, ou de publier cette réalisation sans l’accord de ses auteurs. Merci.



Une Saga de BelXander et Solaris.


Les Héros de la Force



Première Partie

Le Lien qui Nous Unit


C'est la fin de l'âge d'or des Jedi. Deux ans avant la terrible bataille de Géonosis, Loïc Solaris doit accomplir son épreuve pour devenir un vrai Jedi. C'est au Corridor Ecarlate que le Conseil l'envoie pour retrouver un Maître Jedi.

Il devra utiliser toutes ses connaissances de la Force, que lui a enseigné son Maître, Rocka, natif de Kashyyyk. Il sera aidé par un autre Jedi de son âge en lequel il n’a pas confiance jusqu'à ce qu'il découvre son identité : Alex Raziel.

Mais la menace est réelle et des complots se trament dans la cité qui ne dort jamais...



Dramatis Personae

Alex Raziel (Humain) : Padawan, Jedi
Loïc Solaris (Humain) : Padawan, Jedi
Aya Tirina (Humaine) : Padawan, Jedi
Sarah Durden (Humaine) : Garde du Corps
Ildara Mayaserana (Mirialan) : Chevalier Jedi
Rarrogorocka « Rocka » (Wookie) : Maître Jedi
Dam’Nei Poé (Bothan) : Jedi
Eeth Koth (Zabrak) : Maître Jedi
Fred Kiomlor (humain) : Chef des forces de Ennth
Mace Windu (Humain) : Maître Jedi
Troda (Xexto) : Padawan, Jedi
R4-D52 « 452 » : Droïde Astro-Mécano
Yoda (race inconnue) : Maître Jedi






Chapitre 1



Je m’appelle Loïc Solaris. Je suis un Chevalier Jedi. La Force est mon alliée la plus puissante. Aujourd’hui, vingt-trois ans après la Bataille de Yavin, la République n’a plus d’ennemis. De nombreux évènements se sont produits pour aboutir à une paix stable : la Guerre des Clones, la Guerre Civile Galactique, les Vestiges de l’Empire et les Yevethas… sans oublier les menaces toujours plus puissantes du côté obscur de la Force : les Sith et les Jedi Noirs
J’ai survécu à ces épreuves grâce à l’amitié qui me liait à un autre adepte de la Force. En réalité, plus que l’amitié, c’est la Force elle-même qui nous réunissait.

An 24 avant la Bataille de Yavin :

Les sabres crépitaient et illuminaient de lumières vertes et bleues l’intérieur de la grande cabane. Je reculais de quelques pas pour me mettre en position de défense : les jambes légèrement fléchies et le sabre juste au-dessus de ma tête, la lame bleue dirigée vers le sol. De la sueur coulait sur mon front, signe de la fatigue malgré la Force qui me soutenait : cela faisait trois heures que je combattais à l’intérieur de la maison de bois.
C’était un bâtiment assez grand qui aurait pût accueillir un chasseur stellaire. Il avait été loué pour nos vacances à moi et à l'ami qui m'accompagnait. Le sol était couvert de feuilles vertes finement entrelacées venant des grands arbres Wroshyr de Kashyyyk. Les murs avaient été fabriqués avec des planches de bois placées horizontalement l’une par-dessus l’autre. On voyait nettement la démarcation entre chaque planche, bien que les wookies avaient tentés de les minimiser avec de la résine. Le toit, plat, était fait lui aussi de grandes feuilles vertes et de quelques planches brunes qui servaient de poutres.
L’unique pièce était quasiment vide : seuls deux lits fabriqués à la va-vite étaient placés dans un coin de la salle. L’un était deux fois plus grand que l’autre et était fait de feuilles brunes au lieu des mêmes feuilles vertes du second lit. Deux sacs à dos avaient été placés devant l’entrée d'un ascenseur au mécanisme presque primitif. Celui-ci permettait de descendre ou de monter vers les plates-formes inférieures et supérieures du village. Le reste de la place me permettait d’affronter mon adversaire et d’utiliser mon potentiel au maximum sans risquer de faire des dégâts matériels.
J’attendais une attaque qui aurait pu me fournir une ouverture mais elle ne vint pas : mon adversaire savait se battre au sabre laser. Il ne prenait pas de risque inutile. Je pris une profonde respiration, fermai les yeux un court instant puis attaquai en tournoyant de droite à gauche. Je fis quatre tours sur moi-même, tournoyant le sabre laser autour de moi, avant d’être à porté de mon ennemi. Malgré sa haute taille et sa masse, bien supérieures aux miennes, la créature esquiva facilement d’un saut périlleux vers ma droite. Il retomba sur ses pieds velus sans un bruit et fis un pas chassé sur sa gauche. Cela le positionna de façon à ce que mon flanc droit soit une cible idéale. Utilisant la Force qui m’entourait, je poussai le guerrier pour le déséquilibrer : il posa son genou droit à terre. Je frappai d’un coup de haut en bas mais il para à la vitesse d’un Maître des arts Jedi, ce qui était logique puisqu’il était mon Maître. Le natif de Kashyyyk riposta en invoquant la Force, avec une puissance que je n’avais pas encore réussie à atteindre. Je fus fortement repoussé contre le mur en bois de la cabane. Il ne résista pas et je fus projeté dans le vide. Je vis les grands arbres de la planète tout en tombant de plusieurs mètres. Je tentai de rester calme et j’employai la Force pour ralentir du mieux que possible ma chute. Je perçus à travers elle mon maître : il avait sauté dès que j’avais traversé le mur. Il agrippa une branche, se laissa tomber comme une pierre avant de rattraper une autre branche. Avec son élan, il s’élança sur une petite plate forme en contrebas, celle-là même ou j’allais m’écraser. Il me rattrapa dans ses bras poilus et me reposa doucement à terre. Il avait fait ça d’une grâce surnaturelle pour un wookie. Il avait dû réussir le rite de passage, celui qui caractérisait le passage de l’adolescence à l’âge adulte, assez facilement. J’entendis son rire de wookie qui me plaisait tant.
- Vas-y rigole, espèce de boule de poil surexcité.
Contrairement aux règles du code Jedi, mon Maître et moi avions une relation de fidèles amis et nous nous lancions souvent des injures amicales. Le code ne le permettait pas car un Maître étant supérieur à un Padawan, celui-ci se devait de lui être respectueux.
- J’ai perdu mon sabre, je crois…
En effet, lorsque j’avais traversé le mur, mon sabre, qui n’était pas le mien mais celui du wookie, m'avait glissé des mains et il avait dû tomber dans les profondeurs de la forêt. Une fois encore, mon maître se moqua de moi. Il me tendit son sabre : il l’avait récupéré en même temps qu’il effectuait ses acrobaties.
Le wookie grogna, et comme je ne comprenais pas toujours tout ce qu’il disait, il m’envoya des images grâce à la Force. Je compris qu’il me félicitait du combat et que j’étais prêt.
- Prêt ? Êtes-vous sûr, mon Maître ?
Lorsqu’une conversation très sérieuse s’engageait entre nous, l’instinct me faisait reprendre une marque de respect dans mes paroles. Je comprenais de quoi il parlait, mais cela ne faisait que cinq ans que j’étais son padawan. D’habitude, la majorité des padawan passaient les épreuves après leur vingtième année, en ce qui concerne les humains en tout cas.
Mon ami me répondit par l’affirmatif, il avait une grande confiance en mes capacités. Il est vrai que la formation que je suivais depuis mes deux ans était quelque peu originale. Lorsque je fus conduis au Temple Jedi sur Coruscant, je fus l’élève du Grand Maître Yoda, comme tous les apprentis Jedi d’ailleurs. Lorsque j’eus sept ans, un Jedi nommé Dooku m’emmena. Il était spécialisé dans les anciens arts Jedi et il faisait quelques cours d’histoire aux apprentis qui étaient intéressés. Comme j’étais de loin celui qui l’était le plus, il me prit sous son aile, m’accordant de ce fait un honneur particulier. Mais un jour, il partit sans dire un mot. Il m’abandonna. Comme j’avais dix ans, j’étais trop vieux pour revenir auprès de Yoda. Ainsi, Mace Windu me pris à sa charge. Il m’enseigna les bases de l’art du combat de la Forme 7, que j’alliais avec les mouvements que Dooku m’avait appris. Cela me permit d’obtenir un style de combat propre à moi-même, à ma personnalité et à mon éducation. Cependant, jamais il ne voulut faire de moi un expert en cette forme de combat, qu’il qualifiait de dangereuse. Trois ans plus tard, Rocka, mon maître actuel, me choisit comme disciple padawan. Il m’enseignait la sagesse que lui-même avait reçue de Maître Yoda. C’est grâce à lui que j’appris surtout à respecter la nature et l’existence de chaque chose. M’emmener sur des planètes comme Kashyyyk me donnait une meilleure vision de la galaxie, une vision que les jedi restant sur Coruscant, ou d’autres planètes trop urbanisées, n’auront quasiment jamais…
Aujourd’hui, après cinq ans de formation, il me savait capable de réussir les épreuves. Je l’en remerciais d’un signe de tête, mais je ne pris pas son sabre. Il fallait que je m’en construise un dorénavant. Tout en me replongeant dans mes pensées, je me dirigeai vers la cabane, pour prendre mon sac, suivit du wookie.
Cinq ans auparavant, je devais construire mon sabre laser, mais je n’arrivais pas à me décider sur sa forme ou le type de sabre. J’étais influencé par le style de Dooku et celui de Windu. J’avais le choix d’un sabre courbé pour le style ancien ou un sabre électrum qui donnait des couleurs originales. Finalement, lorsque Rocka devint mon Maître, je n’avais toujours pas construit mon sabre laser. Le wookie me donna le sien, le premier qu’il avait construit, son sabre qu’il qualifiait de « sabre pour padawan ». Il m’avait raconté qu’à une certaine époque, les padawan se devaient d’avoir un sabre laser de couleur bleu. Puis, lorsqu’ils passaient chevalier jedi, il se devait d’être vert. Cette coutume avait disparu depuis bien longtemps, mais Rocka aimait bien reprendre d’anciennes règles perdues.
Je venais d’arriver devant mon sac, d’un vert vif, trop vif. Je le pris, le mis sur mon dos, puis me dirigeai vers l’ascenseur. J’appuyai sur le bouton d’appel. Rocka se plaça sur ma droite. Je regardai le sol.
En tout mon maitre avait trois sabres laser : le premier était un sabre à cristaux simple, la lame étant bleue. Il l’avait fabriqué en devenant un padawan il y avait déjà plus de cent cinquante ans de cela. Le deuxième était un sabre plus complexe. Une lame pouvait être activée de chaque côté du manche. Les deux lames étaient vertes. Le problème de ce sabre, c’est qu’il n’avait pas assez d’énergie pour que les deux lames soient actionnées en même temps. Du moins, jamais je ne l’avais vu les actionner en même temps… Son troisième sabre fut construit lorsqu’il devint maître au conseil jedi. Il ne l’utilisait que rarement et il me paraissait simple, à lame unique, de couleur orange. Un jour, il m’avait raconté qu’il avait un quatrième sabre laser, caché quelque part. Je pensais que c’était un sabre très perfectionné qu’il utilisait dans de rares occasions très spéciales. Jamais je ne l’avais vu.
Nous étions revenus à la bâtisse où nous logions lorsque je me rendis compte que bientôt, j’allai devoir choisir mon propre sabre et le construire de mes propres mains. Ce qui n’allait pas être facile.
-[Tu ne m’as pas l’air très réveillé… pourtant on s’est bien activé, non ?] fit Rocka.
- Désolé maître, je pensais à autre chose…
-[Je vois… libère ton esprit.]
-J’essaye maître.
-[Bon, suis-moi.]
Sans un mot de plus, je vis le wookie sortir de la cabane de bois. Je le suivis. A l’extérieur, il me demanda de continuer à le suivre. Alors que je venais d’acquiescer, il se mit à courir sur le chemin fait de planche de bois qui entrecoupaient les arbres. Je le suivis, enfin j’essayais. Il ne lésinait pas sur la vitesse. Alors que je courais, mon esprit s’éloigna…

An 29 avant la Bataille de Yavin :

Je suivais mon maître, Mace Windu, jusqu’à l’entrée de la salle du conseil Jedi. La porte coulissa à notre approche.
-Reste là jeune padawan, et attends-moi.
Je ne bougeai pas. La porte se referma derrière le maître jedi. Alors je me mis à faire les cent pas devant cette porte. Ça faisait longtemps que je n’y avais pas été. Devoir rester devant, à attendre qu’ils finissent de parler… c’était presque enrageant. Mais je finis par m’adosser à l’un des murs. Je pliais un genou pour poser le pied contre ce même mur, baissai la tête, fermai les yeux et croisai mes bras. Ma respiration se faisait plus lente.
Je ne sais pas combien de temps j’étais resté ainsi, mais mon esprit s‘éveilla à l’approche d’une créature. Elle marchait silencieusement, gracieusement. J’ouvris les yeux et dirigeai mon regard vers le couloir. La créature était un wookie. Je n’en voyais que très rarement. Il n’existait que deux wookies Jedi à cette époque.
Celui-ci avait des poils bruns, ce qui était courant, très bien lissé. Il ne portait pas de tenu standard de Jedi. Ça ne m’étonnait pas. Il devait déjà avoir assez chaud comme ça. Il portait simplement un grand manteau très peu épais, blanc laiteux, qui tombait presque sur le sol. En fait, ça caressait légèrement le tapis bleuté. Il s’approchait toujours, et je distinguais une ceinture noire plutôt épaisse, en comparaison avec celle d’un humain. Y était accroché un long sabre laser qui pendait sur sa hanche droite, et une petite sacoche de l’autre côté. A présent le Jedi ne se trouvait qu’à quelques mètres de moi, et j’aperçus deux autres sabres laser au niveau de ses jambes. En effet, il semblait avoir installé ce qui pourrait être appelé aussi des ceintures, noires elles aussi, qui accrochait chaque sabre à une jambe, vers l’extérieur. Le wookie devait se servir de la Force pour les détacher et les amener à sa main. Ces deux sabres là étaient plus petits, moins longs que celui accroché à sa ceinture principale.
Il s’arrêta juste devant moi, et nos yeux se croisèrent. Il avait des yeux noisettes. Son regard paraissait le plus paisible du monde, très amical. Ça me surprit un peu d’ailleurs venant d’un wookie. Je ne savais pas ce qui m’arrivait. J’avais l’impression d’être autre part. D’être dans un endroit paisible, silencieux. Mon esprit voyageait n’importe où, n’importe quand. L’impression qui m’en restait était plutôt floue.
Enfin, après quelques secondes, ou minutes, le wookie s’avança vers la porte du conseil jedi. Je failli intervenir, lui dire qu’il y avait une réunion en cours, mais après avoir fais un pas en avant, je ne fis rien. La porte s’ouvrit, le wookie entra, la porte se referma.
J’attendis un peu plus longtemps cette fois, peut-être une heure, ayant perdu la notion du temps. Et le conseil ressortit enfin. Je les reconnus presque tous, avec leurs noms dans mon esprit : Even Piel, Yarael Poof, Depa Billaba, Yaddle, Plo Koon, Yoda bien sûr, et à la fin Mace Windu et le wookie. Maître Windu s’approcha de moi :
- Il est temps pour toi de trouver une autre voie. Je ne peux pas continuer à te former.
- Alors je vais encore changer de maître ?
- C’était inévitable. Tu auras un autre Maître, mais sache que je serais toujours là si tu as besoin de me parler.
- Mais… qui va s’occuper de moi ?
- Je crois que tu le sais déjà… Au fait… Tache de te construire un sabre laser.
Il laissa sa place au wookie. Maître Windu s’éloigna d’un pas rapide, certainement pour rattraper le maître Yoda. « Il n’a pas dû aller bien loin » pensais-je en ricanant intérieurement.
Le wookie grogna. Cela me surprit, et j’eus l’impression qu’il m’engueulait.
- Mais je ne comprends rien quand vous parlez !
A nouveau le wookie grogna, et des images parcoururent mon esprit. Une image de maître Yoda, une autre représentant la pensée que j’avais eu à son propos, et une dernière me montrant presque schématiquement que le wookie m’engueulait. Je comprenais le sens de tout ça. Le wookie grogna une nouvelle fois.
- Rarro… gorocka ?
Un nouveau grognement, celui-ci était plus doux, plus court.
- Rocka ?
Encore un grognement.
- J’espère m’y habituer, Maître Rocka.
Le wookie passa devant moi et commença à marcher, assez lentement. Je le suivis, et nous commençâmes à nous parler.

An 24 avant la Bataille de Yavin :

Rocka grogna pour me tirer de mes pensés. On venait d’arriver au spatioport. Je remarquais que je ne ressentais aucune fatigue, et surtout que j’avais courut sur plusieurs kilomètres sans m’en rendre compte. Mon ami avança jusqu’à atteindre le sol en durabéton puis tourna sur la droite, en marchant. Je le suivais, mes yeux fixant maintenant le sol. Cela fait huit ans que je n’ai pas revu Dooku. Le passé doit être oublié : « Attentif au futur tu dois être, mais pas aux dépens de l’instant présent, ni à celui du passé », disait Yoda. Je crois que je comprends. Je sais comment sera mon sabre !
Rocka s’arrêta devant un transport léger qui avait l’air d’avoir subit de lourds dégâts. Je l’étudiais en le dévisageant : c’était la première fois que j’en voyais un de mes propres yeux. Mais je connaissais ce type de vaisseau, j’en avais vu des images holographiques l’une des fois où j’étudiais les archives Jedi. C’était un transport Corellien de la Corporation d’Ingienerie Corellienne : un YT-2000, caractérisé par son cockpit au milieu et non pas à droite comme les autres du même type. C’était l’un des derniers vaisseaux Corellien qui ait été développé, le dernier étant le YT-2300. Mais ce dernier avait des problèmes de moteur et d’hyper propulseur à ce qu’on disait, et des plans pour un YT-2400 était en cours de développement.
Ce transport était un peu modifié, ce qui était courant chez les contrebandiers et les chasseurs de primes, moins chez les commerçants honnêtes. Il possédait une tourelle tri-tubes au centre de la partie dorsale du vaisseau qui remplaçait la tourelle simple standard. Au niveau du cockpit, la peinture grise était remplacée par une couche de chrome donnant un aspect brillant à l’avant. Ce devait être purement esthétique. Sous la cabine de pilotage se trouvait fixé un canon moyen : ce canon était puissant contre des troupes au sol et contre les véhicules, mais quasiment inefficace contre les chasseurs spatiaux ou des transports.
Je commençais à faire le tour par la droite de l’engin : Rocka était en train de discuter avec ce qui semblait être le propriétaire, un Gran de Malastare probablement. Au centre-gauche du vaisseau se trouvait la capsule de sauvetage. A l’arrière, il semblait que le moteur sublumique avait été modifié, ainsi que l’hyper propulseur. Je pouvais le voir car la sortie des moteurs était plus large et un peu plus longue que la normale.
Je finis mon tour, le gran avait disparu et Rocka m’attendait devant la rampe d’accès du vaisseau qui était situé sur la longueur du cockpit. Le Wookie m’expliqua : Ce vaisseau avait été attaqué par des pirates alors que le propriétaire était en route vers l’une des lunes de Kashyyyk : Alaris. Il parvint à s’en tirer lorsque que ses ennemis prirent la fuite après que le vaisseau détruisit deux des leurs. Il dut atterrir ici en catastrophe. Ne voulant pas risquer de se retrouver avec son vaisseau endommagé devant les pirates, il le vendait à très bas prix. Rocka ne l’avait payé qu'un vingtième du prix original, soit quand même cinquante milles dataris.
- Comment as-tu su que ce vaisseau était à vendre ? lui demandais-je.
Il me répondit que c’était un pur hasard.
- Je croyais qu’il n’y avait pas de hasard, mais qu’il n’y avait que la Force ?
Le Wookie ricana et me serra dans ses grands bras. [Allez monte, c’est notre vaisseau.]
Ainsi, on partirait de Kashyyyk avec notre propre vaisseau, plutôt que d’emprunter un transport de passager. Ça m’arrangeait, je n’aimais pas vraiment la foule, même si à force je m’y étais habitué sur Coruscant.
Je le suivis et nous visitâmes l’intérieur. Il y avait pas mal de place, bien assez pour deux Jedi. Il y avait une unique pièce circulaire qui faisait l’envergure du vaisseau avec seulement un tube au centre qui conduisait à la tourelle supérieure. Il y avait une table pour jouer au Dejarik et des sièges se trouvaient près du petit couloir menant au cockpit. Le reste était totalement vide : il devait servir pour la cargaison. On ouvrit une trappe sur le sol pour voir l’intérieur : il pourrait facilement être transformé comme le faisaient tous les contrebandiers pour cacher leurs marchandises illégales. On s’était convenu d’utiliser tout cet espace pour mettre des générateurs de boucliers, de propulsion et d’énergie. Avec un peu de chance, on pouvait mettre un cylindre de Bacta pour retarder les infections ou la mort en cas de blessures graves, et tenir jusqu’à un centre médical adéquat. Au niveau de la tourelle, on prévoyait d’en installer une autre dans la partie ventrale du vaisseau.
La coque n’était pas percée mais de grosses éraflures noires ne rendaient pas le vaisseau très beau à voir. On prévoyait de la renforcer en mettant une double coque. D’après nos calculs, le vaisseau devrait être assez résistant pour soutenir un feu nourri de chasseurs pendant plusieurs minutes. Sa vitesse maximale allait très peu augmenter car il allait être plus lourd que la normale. Avec des modifications bien réalisées, l’hyper propulseur serait booster à 0.75 maximum, ce qui était largement supérieur à la grande majorité des autres vaisseaux.
Nous restâmes ensuite quelques minutes sur les sièges de pilote et de copilote. Nous essayâmes de trouver un nom parfait au YT. Nous nous mîmes d’accord sur le fait que le nom du vaisseau devait signifier la République ou les Jedi.
- Que dis-tu du Jedi Républicain ? (Le Wookie n’aimait pas du tout et grogna.) Alors peut-être Le Sabre de la République ? (Rocka préférait ça, mais pour lui, comme pour moi d’ailleurs, il ne s’agissait pas du nom parfait.) Alors… La République existe depuis des millénaires… Je propose de garder le Sabre… (Le wookie accepta d’un signe de tête) le Sabre, le Sabre… Le Sabre du Millénaire ? Non, ça ne va pas… ça ne sonne pas bien… il y a quelques chose en trop… Le Sabre Millénaire ? Oui c’est ça ! Qu’en penses-tu ?
Rocka répondit par l’affirmatif et appuya sur un bouton du tableau de bord. Le vaisseau se mit à vibrer légèrement et décolla du sol. Mon Maître me demanda si je savais piloter cet engin. Je lui fis non de la tête. Il empoigna les commandes de ses pattes velues et tira vers lui. Je fus plaqué contre mon siège tandis que le vaisseau survolait les arbres.
J’aimais bien la planète de Rocka : Kashyyyk était paisible et jolie. Les wookies étaient très sympathique. Nos vacances là-bas étaient terminées, j’allais passer aux choses sérieuses : devenir un Jedi. Je ne vais pas revenir prendre des vacances sur cette planète avant un long moment, pensais-je en voyant les étoiles apparaître.
Rocka manœuvra le Sabre et calcula les coordonnés hyper spatiales vers Coruscant.
- Tu m’apprendras à piloter ce gros tas de ferraille ?
Le Wookie me regarda avec ses yeux jaunes et rigola un petit peu. Une petite sonnerie retentit dans le cockpit et Rocka appuya sur la commande de l’hyper propulseur.
- [Je t’apprendrais après ton épreuve], me dit-il quand les étoiles devinrent des traits lumineux : nous venions de passer dans l’hyperespace.


An 29 avant la Bataille de Yavin :

Alors qu’on se trouvait dans la bibliothèque, le wookie me demanda si j’avais des idées pour construire mon sabre laser.
- Non… Je ne sais pas. Je n’y ai jamais vraiment réfléchis.
- [Le sabre laser est la marque des Jedi, ne l’oublie pas.]
- Je sais mais… Je ne sais vraiment pas.
- [Ça viendra. Tiens, je vais te faire un cadeau.]
- Déjà ? fis-je, surpris.
Par la Force, Rocka décrocha l’un de ses sabres laser, le fit survoler la table et le laissa en suspens devant moi.
- [Prends-le, il s’agit de mon premier sabre laser. Celui que je construisis lorsque je devins padawan d’un maître.]
Je le pris de ma main droite, et j’appuyai sur le bouton d’activation. Une lame bleue sortit en bourdonnant.
- Wahou.
- [Il est à toi jusqu’à ce que tu crées le tien.]
J’éteignis le sabre avant que Jocasta Nu n’arrive et ne nous engueule pour le bruit.
- Merci, il est parfait !
En effet, je parvenais à bien le prendre en main, malgré un diamètre un peu plus élevé que ce qui se faisait en règle générale pour les humains.
- [As-tu déjà quitté Coruscant ?], me demanda-t-il ensuite.
- Quelques fois. J’ai été sur Commenor, Chandrila… Corulag aussi.
- [Je vois… ça te dit de prendre des vacances sur une jolie planète ?]
- Des vacances ? Déjà ? Mais on a encore rien fait !
- [Nous avons le temps, je t’apprendrais ce que je peux de la Force, mais sois patient. Alors, qu’en dis-tu ?]
- Eh bien… Pourquoi pas… Où allons-nous ?
- [Sur Kashyyyk. Je suis sûr que ça va te plaire.]
Oui, ça me plaisait.


An 24 avant la Bataille de Yavin :

Encore une fois, le wookie me réveilla de son grognement caractéristique.
- Tu devrais apprendre à respecter les gens qui dorment cher ami, lui dis-je, sinon tu te feras des ennemis…
- [Et depuis quand essayes-tu de me faire la morale, jeune padawan ?]
Ce « jeune padawan » me surprit peu. Cela voulait dire qu’il valait mieux que j’en reste là.
- Pardon Maître, je ne voulais pas vous manquer de respect.
Le wookie répondit par un « ce n’est rien ». Nous sortîmes de l’hyper espace et nous vîmes la belle planète qu’était Coruscant. Le Sabre Millénaire entama sa descente après notre identification par les contrôles de la police orbitale, et se dirigea vers le hangar le plus proche du Temple Jedi. La circulation était très dense en orbite, mais ce n’était rien comparé à la surface. Il nous fallu pas mal de temps pour atterrir.
Nous sortîmes du vaisseau et nous attendîmes un taxi aérien. Il arriva quelques minutes après notre atterrissage et nous conduisit chez moi, chez nous ; chez tous les Jedi. Une fois de plus, à mon habitude, je regardais en bas, le vide. Je voyais facilement les axes de circulations aériens grâce aux milliers de véhicules qui circulaient. Par contre, je ne percevais pas le sol. Il y avait une brume épaisse, signe du matin sur Coruscant, et en plus nous étions beaucoup trop hauts. Nous continuâmes à prendre de l’altitude jusqu’à ce que le taxi s’arrête plus tôt que prévu. Rocka grogna contre le chauffeur, une rodienne, qui ne comprenait pas du tout ce qu’on lui reprochait.
- Ne pouvez-vous pas contourner cette route ? Nous devons nous rendre d’urgence au Temple Jedi. Dépêchez-vous !
- Havana nou ego mata nog.
Je me tournai vers mon Maître car je n’avais pas compris un seul mot. Mais le Wookie lui, avait compris. Il m’envoya des images par la Force pour me montrer ce qu’avait dit la rodienne. Je frappai le bord de mon siège. Je détestais attendre. Mais encore une fois, cela allait me permettre de courir un peu sur les toits de Coruscant. Rocka était d’accord pour rejouer à « ça ». Nous attendîmes dix minutes, le temps pour le taxi volant de se trouver à la hauteur de la grande majorité des immeubles.
Rocka sauta en utilisant la Force pour se projeter loin en avant. Il atterrit en douceur sur le sol en permabeton de l’immeuble le plus proche, à cinq ou six mètres du taxi. Je fis de même, mais au moment où je sautai, la conductrice, qui n’avait pas encore remarqué que nous sautions de son véhicule, accéléra brutalement, ce qui me déséquilibra. Je parvins de justesse à m’accrocher au bord de l’immeuble. Rocka se précipita vers moi et me tira facilement hors de danger.
- Pardon, Maître.
Encore une fois, le Wookie ricana en passant l’une de ses pattes velues dans mes cheveux. Il se mit alors à courir avec une vitesse fulgurante, grâce à la Force, vers le Temple qui devait se trouver à une dizaine de kilomètres. Je pris une profonde respiration et je le suivis.
Aux environs du Temple Jedi, les immeubles n’étaient espacés que d’une quinzaine de mètres maximum. Entre ces immeubles, ce n’était que des petites voies aériennes, peu fréquentés d’ailleurs. C’était le contraire des autoroutes aériennes qui eux pouvaient être large de deux kilomètres.
Grâce à la vitesse que nous pouvions atteindre, nos sauts entre les immeubles devenaient faciles à réaliser. Nous avions parcouru les dix kilomètres en une vingtaine de minutes. Mais pour passer du dernier immeuble au Temple Jedi, il nous avait fallu attendre un peu qu’un autre Jedi en speeder nous aperçoive et nous emmène. Le Jedi était un Nautéléen. Un bon copain de mon Maître semblait-il car ils parlaient très bien tous les deux et se comprenaient plus facilement que moi et le Wookie. Ils me laissèrent sur le siège arrière avec le padawan de Kit Fisto. Il était bien jeune, il ne devait pas avoir plus de quatorze ans. Je ne savais pas de quelle espèce il était. J’engageai la conversion pendant la minute où nous arrivâmes au Temple.
C’était un Xexto de la planète Troiken, une planète de la bordure extérieure. Sa race ressemblait à une araignée verdâtre-gris avec deux gros yeux ronds. Il avait six pattes avec trois doigts à chaque extrémité. Le cerveau des Xexto était très développé et permettait l’usage des quatre pattes supérieures comme des bras : c’était des êtres très habiles. Troda, c’était le nom qu’il s’était donné quand les jedi le découvrirent : ses parents l’avaient abandonné et ne lui en avait pas donné. C’était quelque peu barbare de leur part. Mais sur bien des mondes de la galaxie, la vie était très dure. Lorsque nous arrivâmes au hangar du temple, je lui dis qu’il serait un jour très puissant au sabre laser, et qu’il pourrait en manier deux à la fois plus facilement qu’aucun autre. Je lui souhaitai bonne chance en partant vers mes appartements où j’allais me reposer, et il me répondit qu’il était persuadé qu’on se reverrait bientôt…


Pendant mon sommeil de quelques heures, j’imaginais des plans pour mon futur sabre laser. A mon réveil, je commençai à dessiner des plans et à écrire les caractéristiques de mon sabre. J’avais choisi de créer un sabre électrum et d’essayer d’obtenir une couleur orange. « N’essaye pas, fais-le, ou ne le fais pas, il n’y a pas d’essai ». Yoda répétait souvent ces paroles. Je voulais mettre aussi une double phase pour allonger la lame quand je le souhaitais, comme l’avait fait Rocka. J’obtenais ainsi un mélange de Mace Windu et de Rocka. Pour avoir un peu de la Force de Yoda, je voulais installer des anneaux sur la poigne pour capter la Force. Il me semblait que le Jedi Qui-Gon Jinn que je voyais de temps en temps il y avait environ dix ans de cela en avait un de ce genre là. La Force captée permettrait au laser d’être plus épais et cela permettait aussi au jedi de ressentir encore mieux les fluctuations énergétiques de la lame pour mieux la contrôler. Il ne me restait plus qu’un style de Dooku. Je pouvais faire un sabre courbé, j’y serais parvenu. Mais je n’en avais pas la maîtrise. Je décidai donc d’abandonner cette idée. La longueur totale du manche allait faire vingt-sept centimètres. Les cinq centimètres du bas du manche contiendraient les cellules énergétiques. Il ne me restait plus qu’à choisir l’aspect extérieur du sabre quand Rocka vint me chercher pour aller voir le Conseil Jedi.


Cela faisait une minute que le conseil ne disait plus rien.
- Il a acquis beaucoup de sagesse depuis…, fit enfin Plo Koon calmement de sa voix résonnante à cause du masque qu’il portait.
- Oui, oui, fit Yoda à son tour, un bon padawan il est. Et un très bon professeur il a.
- [Il peut passer les épreuves ?] demanda Rocka.
- Incertain est son succès, continua le vénérable Yoda.
- [J’ai confiance en lui.]
- Je peux réussir… Je vais réussir ! Je le sens, au plus profond de moi.
- Tu dois savoir que cette mission risque d’être particulièrement difficile, Loïc. Le Corridor Ecarlate est peuplé de créatures devenues informes au fil du temps. Elles sont impitoyables, me dit Mace Windu.
Il venait de me dévoiler l’endroit où ma mission commencerait.
- Ça ne me gène pas du tout. Si j’échoue, c’est que je ne suis pas digne d’être un Chevalier Jedi.
- Tu n’as pas peur de mourir ? me demanda Ki-Adi-Mundi le Céréen au crâne développé.
- Si tel est mon destin, il s’accomplira comme il se doit. Je n’ai pas peur.
- Ton destin ? Oui, oui, le tien il est. Mais tu auras peur. Tu as peur.
- C’est vous, Maîtres, qui me faîtes peur. Je sais que je peux y arriver. (Je me tournai vers Maître Windu). Vous connaissez mes capacités, je sais me défendre, la Force est avec moi. (Je regardai à nouveau Yoda) Confiant, je suis.
J’eus peur que ma phrase ne l’énerve, mais au contraire, ça l’amusa. En même temps, un Jedi qui s’énerve ne devrait pas exister… c’était une marque du côté obscur.
- Le padawan est prêt.
Je fus stupéfait. Ainsi, ceci n’était qu’un prélude aux épreuves ?
- Il semblerait que cette génération soit particulièrement très ouverte à la Force, fit Adi-Galia d’une douce voix féminine.
- Il s’agit du troisième à passer les épreuves plus tôt que prévues. Il est vrai que la Force est beaucoup plus puissante chez eux que chez les autres… Pas autant que lui, mais supérieur à la normale je dirais, continua Mace Windu.
- Avec la Force comme alliée, son succès sera total, fit Plo Koon, le Kel-Dor de la planète Durin.
- As-tu fabriqué ton propre sabre laser ? demanda Eeth Koth, un Zabrak à la peau marron.
- [Il vient de le terminer], répondit mon Maître avant que je ne puisse dire un mot.
- Bien. Tu peux partir immédiatement. Prends un speeder dans le hangar.
- Quelle est le but de ma mission ? fis-je en même temps que Rocka grogna, un grognement qui signifiait : « quelle est le but de sa mission ? ».
Presque tous les Jedi semblaient avoir oublié ce point important. Ils devaient être en train de tous réfléchir sur notre « génération » de Jedi particulièrement doué. Je me demandais qui pouvait être les deux autres ? Et « lui » ?


Nous nous retirâmes après que ma mission me fut révélée totalement. Je devais rechercher un Chevalier Jedi qui avait disparu et qui n'avait pas donné de nouvelles depuis deux mois : Ildara Mayaserana. Sa dernière position connue était le Corridor Ecarlate. Ce corridor était en fait un quartier de Coruscant qui avait très mauvaise réputation. Il y avait huit ans de cela, deux Jedi y disparurent, ils avaient été mystérieusement assassinés. Rocka me redonna son sabre et m’encouragea. Je pris dans le hangar du temple un speeder, avec un design tout particulier qui me plaisait, qui était libre et je partis immédiatement pour le Corridor Ecarlate.
La nuit commençait à tomber. J’étais si excité de montrer mes capacités au conseil que je dépassais du triple la vitesse maximale autorisée. En plus, je ne prenais pas les axes de circulations standard et je fus averti plus d’une fois par des droïdes de circulation de ralentir ou que j’allais me faire arrêter. Mais puisque j’étais en mission pour les Jedi, mes fautes allaient être pardonnées.
Le soir, la circulation devenait impossible. Alors je pris de l’altitude pour me retrouver au-dessus des toits de Coruscant. Le « chemin » étant totalement libre, je mis l’engin à sa vitesse maximum : j’atteignais les 800 kilomètres par heure. Je fus au-dessus du Corridor Ecarlate trois heures après mon départ du Temple. Mais il me restait encore à descendre d’environ six kilomètres pour y être. Je coupai le moteur de mon speeder bleuté qui descendit en trombe au milieu des immeubles. J’utilisais la Force pour vérifier s’il n’allait pas y avoir un obstacle lors de ma chute : il n’y en eut pas.
J’allais bientôt arriver en bas et voulus donc réactiver le moteur… qui ne s’alluma pas. J’avais dû trop forcer tout à l’heure et il avait surchauffé. J’essayai plusieurs fois de le mettre en marche, sans succès. Je mis en route les rétro-propulseurs, mais le manque d’énergie ne permettait pas d’arrêter la chute, à peine la ralentir. Je gardais mon calme tout en regardant le sol qui s’approchait. Je n’allais pas échouer maintenant. Je sortis mon sabre, je l’allumai et je sautai vers la façade de l’immeuble le plus proche. J’y enfonçai mon sabre jusqu’à la poigne. Je pensais que ma chute aurait été nettement ralentie, mais le béton fondait trop vite. J’entendis mon speeder exploser au contrebas. Lorsque j’arrivai à environ trente mètres du sol, je pris appui sur le mur et je sautai. Je désactivai mon sabre, le rangeai à ma ceinture, et avec la Force, tentai de ralentir ma chute. Je tombai lourdement sur le sol, je fis une roulade pour essayer de me faire le moins mal possible. Ma tête heurta le sol et je commençais à sombrer dans l’inconscience. Je pus apercevoir le feu sur le speeder près de moi et des gens qui commençaient à s’approcher, avant de perdre totalement conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fiction-heroica.fr
kirina
KaioshinKai
avatar


Messages : 1351
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 131

MessageSujet: Re: Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)   Ven 30 Juil - 18:49

cool je comprend mieux l'origine de ton nom... moi qui croyait que c'etait un nom de bien de chez nous...

tu nous le sort d'une lointaine galaxie...

d'ailleurs elle se trouve ou la Galaxie de Star Wars, on peut l'apercevoir dans l'Univers Visible?

c'est la que demain dans les journaux scientifique :"Hubble found Death Star s'rests"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re-Van
KaioshinKai
avatar


Messages : 2198
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 27
Localisation : Kaïokai

MessageSujet: Re: Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)   Ven 30 Juil - 22:04

Cool ! je surkife Star Wars (notamment les comics), je vais imprimer ta fic pour la lire quand je serai en vacances Smile bravo en tout cas, sacré boulot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wikisquare.ffdream.com/
Loïc Solaris
Salle de l'esprit et du temps
avatar


Messages : 872
Date d'inscription : 20/12/2009
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)   Sam 7 Aoû - 15:35

yo.

cette fic est loiiiiiiinnnnnnnn d'etre fini. ici il n'y a que le chapitre 1. sur starwars universe, on peut trouver quelque chose comme les 12 premier, ou 14... ou 16 lol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fiction-heroica.fr
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les héros de la Force (Fanfiction Star Wars)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fan Mangas Dragon Ball :: Général :: Coin des FanMangas :: Fans Fictions-