Partagez | 
 

 "Nuit de Noces"... (lemon - réservé aux plus de 16 ans) - Foenidis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Foenidis
KaioshinKai
avatar


Messages : 3065
Date d'inscription : 24/12/2009
Localisation : A l'Ouest des frontières suisses et japonaisee

MessageSujet: "Nuit de Noces"... (lemon - réservé aux plus de 16 ans) - Foenidis   Lun 28 Déc - 3:01

ATTENTION

Cette fiction est un lemon... autrement dit une fanfic à tendance érotique... écrite avec tout l'élégance dont ma plume est capable... absolument aucune vulgarité d'aucune sorte... mais toutefois réservée à un public suffisamment mûr pour sa lecture !

ELLE EST DONC RESERVEE AUX PLUS DE 16 ANS !



********************************************************************************************


Nuit de Noces...



Chapitre UN


Son Goku referma la porte de bois sculptée avec précaution, avec une infinie lenteur… comme pour retarder l'instant où il devrait se retrouver seul face à la nouvelle mariée.

En fait oui, il en éprouvait l’envie… besoin même de retarder l'instant à venir, celui où il devrait se retourner et affronter… quoi ?... C'était justement ça le problème, il n'en avait aucune idée !

Sa main se crispa sur la poignée, il se corrigea, il ne fallait pas qu'il la brise… a moins… peut-être que ce serait un bon prétexte pour…

Il entendit derrière lui un lourd bruit de froufrous froissés…

Non ! Il ne fallait sans doute mieux pas… il revit les regards appuyés, les sourires convenus, le clin d'œil rieur de Krilin, les yeux plissé et soudain complices de Tortue Géniale, le signe d'encouragement de Bulma, presque maternel… et puis Gyumao écrasant une larme émue en esquissant un petit signe timide de la main quand Chichi l'avait entraîné loin de la noce bruyante, de ces amis joviaux, du buffet encore bien garni …

Chichi…, que voulait donc dire cette drôle d'expression, comme une lumière sur son visage, juste en passant la porte de la chambre ?…

Il ne le savait pas… mais il eut par contre l'intime certitude qu'il n'avait pas le droit de gâcher cet instant… tous comptaient apparemment sur lui, il n'avait pas le droit de les décevoir !

Il était vraiment ridicule de paniquer ainsi ! Qu'y avait-il de si terrible à affronter ?... Chichi ? Ses éclats de caractère, s'ils l'embarrassaient parfois, ne le dérangeaient pas plus que cela.

Maintenant décidé, il finit enfin de fermer la porte avant de se retourner… stupéfait, il resta un instant béat… contemplant le décor lourdement chargé de tentures de velours cramoisi, envahi d'une écœurante multitude de cœurs ivoires et rouges, le tout vacillant sous la lumière dorée de centaines de bougies qui embaumaient l'air d'une odeur à la fois entêtante et parfumée…

Et là, au milieu de ce foisonnement de drapés et de pompons, d'ombres et de lumière… Chichi !

Eclatante, radieuse… fièrement dressée au milieu de la meringue éclatante de sa robe de mariée qui gisait affalée à terre autour d'elle.

Ses yeux noirs brillaient d'un éclat qu'il ne leur connaissait pas tandis qu'un sourire un peu carnassier laissait largement voir les perles brillantes de ses dents.

D'un geste lent, mesuré, elle souligna l'échancrure de son décolleté, le galbe de sa taille fine, l'arrondi prometteur de ses hanches mis en valeur par le drôle de sous-vêtement blanc cousu de dentelle rouge que l'on aurait pu croire moulé sur elle tant il épousait sa féminité triomphante.

Comme Son Goku semblait statufié, une expression un peu idiote figeant son visage… elle lui fit comprendre, d'un geste un peu agacé des deux mains, que lui aussi devait se dévêtir.

Comme réveillé, électrisé, par la mimique d'impatience qu'elle avait eue… il se mit à se défaire fébrilement de sa veste… puis tandis que ce premier vêtement heurtait le mur un peu plus violemment qu'il ne l'aurait voulu, il faut bien le dire, il entreprit de s'attaquer à ce satané nœud de cravate !

Saloperie de nœud de cravate, cette invention diabolique qui lui avait écrasé la glotte toute la journée… à plusieurs reprises il avait vainement essayé de se libérer de son impitoyable étreinte… mais les mains expertes de Bulma avaient si parfaitement verrouillées cette saleté qu'il avait fini par y renoncer.

Chichi venait de croiser les bras, mauvais signe !… Bon, allez… aux grands maux les grands remèdes… d'un coup sec, il arracha brutalement le lien récalcitrant dont la soie céda sans plus de résistance… un sourire de victoire un peu contraint sur le visage, il laissa enfin tomber l'objet de torture à ses pieds.

Ce petit instant de triomphe ne dura guère… il fut vite effacé par l'impatience de Chichi enjambant le monticule froufroutant qui formait une sorte de piédestal immaculé à ses pieds… l'instant suivant, elle finissait de défaire la multitude de petits boutons qui fermaient le gilet de son empoté d'époux qui la regarda faire en n'osant plus bouger ne serait-ce qu'un cil.

Ses petites mains agiles eurent tôt fait d'avoir également raison de la chemise moite qui collait à la peau du jeune homme que l'anxiété faisait transpirer.

Etonné, il la vit fermer les yeux, elle semblait jouir de l'odeur chaude que son corps musclé exhalait… puis, il sentit l'effleurement léger d'une main fine effleurer son torse, soulignant avec impudeur le relief de ses pectoraux rebondis, de son abdomen aux muscles fermement travaillés…

Une impudeur intimidante, effrayante presque… à moins que ce ne soit cet étrange bouillonnement intérieur qui brûla soudainement les joues et le bas du ventre du Saïyan… quoi que ce fût… ce fut assez fort pour que le guerrier, d'ordinaire si plein de courage, recule brusquement d'un pas…

Un instant marqué par la surprise, le visage de la jeune femme s'illumina brusquement d'un sourire mi-narquois, mi-coquin… décochant une œillade de défi au fuyard, elle fit brusquement demi-tour.

Arrivé au pied de l'imposant lit à baldaquins, elle commença à se déchausser lascivement avant de poser un pied sur le couvre lit écarlate.

Ses mains décrivirent une sorte d'arabesque aérienne avant de faire sauter une à une, d'un geste appuyé et précis, les agrafes qui liaient son bas blanc aux jarretières de sa guêpière.

Ensuite, lentement, sous le regard toujours ébahi du seul témoin de son effeuillage, elle fit rouler par petit coups mesurés la fine toile de soie sur la peau lisse de sa jambe… et quelle jambe !

Goku se rendit compte qu'il n'avait jamais remarqué combien ce pied cambré était petit et délicat, la grâce de l'attache souple de cette cheville fine, le galbé délicat de ce mollet finement musclé… ni la noblesse de cette longue cuisse qui ne semblait pas vouloir finir avant de mourir sous la naissance ferme d'une fesse habilement mise en valeur par l'ourlet de dentelle de la guêpière blanche et rouge.

Vraiment, il faisait une chaleur insupportable dans cette petite chambre pensa-t-il en regardant avec envie le monticule informe de la robe blanche dont les reliefs lui faisaient penser à l'image rafraîchissante d'un iceberg…

De la glace ! Il aurait vraiment aimé pouvoir éteindre le drôle d'incendie qui lui dévorait maintenant les veines dans une montagne de glace !....

Reposant sa jambe enfin dénudée au sol, la jeune mariée pencha la tête de côté en pivotant… offrant à son époux les courbes harmonieuses d'un dos et d'une nuque parfaits tout en lui désignant d'un coup d'œil la partie inférieure de l'anatomie de Son Goku.

Ah oui ! Lui aussi devait enlever le bas… qu'il était bête !

C'est fébrilement encore, maladroitement toujours, qu'il s'exécuta… ne pouvant détacher son regard des gestes de la jeune femme qui retirait son autre bas, gestes dont la grâce et la précision contrastaient singulièrement avec les sautillements lourds que le piège enchevêtré de son pantalon lui imposa !


Dernière édition par Foenidis le Dim 27 Mar - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenidis
KaioshinKai
avatar


Messages : 3065
Date d'inscription : 24/12/2009
Localisation : A l'Ouest des frontières suisses et japonaisee

MessageSujet: Re: "Nuit de Noces"... (lemon - réservé aux plus de 16 ans) - Foenidis   Jeu 7 Jan - 14:27


Nuit de Noces... Chapitre DEUX



Il restait maintenant là, l'air un peu bête, sa deuxième chaussette à la main…

Dans sa précipitation, la première, qui s'était entêtée à rester accrochée à son pied tandis qu'assis par terre, il s'escrimait à les enlever toutes les deux en même temps, une dans chaque main… la première donc, glissant de ses doigts un peu trop fébriles, était partie comme une fusée, propulsée par l'effet ressort dû à ses fibres élastiques, pour aller heurter le toit du baldaquin avant de retomber… sur le chignon de la pauvre mariée… qui le regardait maintenant en louchant… le bas de la fameuse chaussette lui pendant jusqu'entre les deux yeux !

Quelle idée aussi de mettre un toit à un lit qui de toutes façons devait obligatoirement se trouver dans une pièce avec un plafond et un vrai toit au dessus ?...

Un vrai faux sourire découvrant toutes ses dents, le pauvre Son Goku confus arma l'autre chaussette, telle un lance pierre, pour la projeter avec une précision diabolique qui fit voler l'indésirable coiffe d'une Chichi. Fort heureusement, la jeune femme sembla trouver l'épilogue de cet incident à son goût…ainsi que le prouvait le petit gloussement de rire qu'elle étouffa d'un petit geste de la main.

Soulagé, Son Goku venait à peine de se relever qu'il s'immobilisa à nouveau… que voulait-elle encore ?... Voilà qu'elle l'invitait à la rejoindre au pied du lit d'un geste répété de cet index délicat qui ne souffrait pourtant pas qu'il puisse penser lui résister !

Docile et inquiet, il la rejoignit donc… il n'eut pas le temps de la toucher qu'elle se retourna… lui désignant de la main… toujours en silence, le lacet qui fermait l'arrière du morceau de soie plaqué contre sa peau.

C'est d'une main peu sûre que le Saïyan s'attaqua aux fins brins souples liés en un savant laçage qui s'entrecroisaient jusque sur la chute de reins de sa promise.

Il avait peur de mal s'y prendre, il avait peur de trop tirer dessus et de la blesser peut-être, de ne pas assez tirer et de la fâcher… décidément, il aurait préféré un bon combat avec un véritable adversaire qu'il aurait pu étaler de coups directs et bien placés !

Mais persévérant, transpirant, s'appliquant la langue sortie pour mieux se concentrer, il arriva enfin à bout de cette tâche ô combien délicate pour des doigts de guerrier plus habitués à cogner qu'à délier…

Dégageant subitement l'intégralité du long lacet en le faisant rapidement coulisser dans les deux derniers œillets, il n'eut pas le temps de brandir celui-ci au dessus de sa tête… aussitôt le corset de soie et de dentelle chut…

Et le Saïyan, l'homme des bois qui ne connaissait pourtant pas la pudeur, resta là… le lacet pendant de sa main suspendue en l'air… pendant que la frêle silhouette si proche de lui retirait maintenant les deux peignes de nacre qui retenait un rideau de soie noire qui retomba en une cascade de jais sur ses blanches épaules dénudées.

L'instant d'après, légèrement penchée en avant, offrant le vertigineux spectacle d'une croupe ferme et harmonieuse au jeune marié pétrifié, elle faisait voler d'un geste léger le froufrou léger qui recouvrait la partie la plus intime de son anatomie… puis elle se redressa pour rester un instant immobile… blanche statue d'ivoire offerte au souffle un peu court du jeune homme saisi de vertige.

Lui aussi semblait statufié, figé, les yeux écarquillés sur le corps souple dont il pouvait sentir la chaleur irradier jusqu'à lui… les doigts crispés sur la dentelle délicate du minuscule morceau d'étoffe moite et à l'odeur si troublante qu'il avait rattrapé au vol…

Qu'attendait-elle, qu'était-il censé faire ?...

Ben oui, elle aurait dû savoir qu'il n'avait jamais fait ça ?...

Il réfléchit un instant… Euh… ben elle non plus à priori !

Pourtant, elle était si calme, ses gestes étaient tellement précis, elle paraissait si sûre d'elle !...

Un claquement sec l'arracha à sa réflexion… la gourgandine venait de se retourner, offrant le spectacle de sa nudité au jeune homme perturbé qui sursauta quand l'élastique de son caleçon qu'elle venait de tirer avait repris un brutal contact avec sa peau.

Le caleçon ! Il l'avait oublié celui là !

Mais était-ce un véritable oubli… parce que son instinct lui disait, lui criait même que c'était bien sous cette dérisoire armure que se cachait le nerf de la guerre… celui de l'amour étant plus juste…

Il essaya d'avaler une boule de salive qui refusa de passer une gorge bloquée par la panique… il devait rester calme, paraître sûr de lui lui aussi… après tout, il était un homme, un guerrier, un vrai !

Les autres hommes ne paraissaient pas traumatisés, loin de là, par cette joute étrange dont il ne connaissait pas les règles… il n'y avait pas de raison qu'il n'y arrive pas non plus !

Prenant son courage à deux mains, il entreprit donc de retirer ce fin blindage de coton qui pourtant le rassurait… il n'avait pas le choix… il se devait d'avancer, de continuer ce qui ressemblait de plus en plus à un drôle de combat… tout du moins en ce qui le concernait.

Et pour l'instant, l'avantage était à la guerrière… dont l'offensive affolait ses sens tandis qu'il se baissait pour se finir de se dévêtir. Se faisant, il était obligé, courbé en avant, de frôler du regard deux seins érigés tels des monticules à la gloire de la féminité… il n'en avait jamais vu en vrai… c'était donc ça qui faisait baver Tortue Géniale pendant des heures sur ses drôles de magazine… qui illuminait le regard de l'insatiable Yamcha toujours à l'affût lui aussi… à moins que ce ne soit leur parfum doux et sucré… ce mélange d'odeur de rose et de biscuit qu'ils offraient sans retenue à ses narines affutées…

Il interrompit son geste… réalisant que s'il continuait à descendre…

Un bruit bref d'étoffe déchirée indiqua qu'il avait trouvé comment ne pas aller plus bas !

Il était soulagé, ce point là était pour lui finalement !

Pas si sûr !

C'est en tous cas ce que semblaient dire les deux perles noires qui semblaient le déshabiller davantage encore… subitement, le visage au léger sourire en coin était collé au sien… dans un même geste, deux mains lui agrippèrent le dos pour rapidement se plaquer avec force sur ses fesses musclées après être passées sur un rond de fourrure hyper-sensible, vestige d'une queue perdue… une bouche embrasa la sienne d'un baiser de feu qui se mua rapidement une subtile morsure s'emparant de sa lèvre inférieure…

Pris au piège, il ne put que la suivre dans le mouvement qu'elle lui imposa, un mouvement qui les fit basculer tous deux sur le moelleux du lit tout proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foenidis
KaioshinKai
avatar


Messages : 3065
Date d'inscription : 24/12/2009
Localisation : A l'Ouest des frontières suisses et japonaisee

MessageSujet: Re: "Nuit de Noces"... (lemon - réservé aux plus de 16 ans) - Foenidis   Mar 26 Jan - 19:01


Pauvre nuit de noces... pas le moindre petit commentaire...

Bon c'est vrai que vous êtes sûrement beaucoup ici à l'avoir déjà lue sur l'U.S...



Nuit de Noces... Chapitre TROIS


Le contact avait été franc, brutal, inattendu…

Tout l'avant du corps du guerrier était maintenant plaqué sur cette peau fraîche et odorante… sous son torse, il sentait deux boules fermes et moelleuses à la fois… contre son ventre, la pulsation régulière d'une respiration qui n'était pas la sienne, et plus bas…

Affolé par la réaction inattendue de son propre corps, gêné par une chaleur fulgurante, sensation inouïe de plaisir intense alors qu'il sentait son … enfler avec vigueur… sexe ?... C'était le mot approprié non ? Sexe ! Le mot était lâché… un mot dont il ne connaissait pas le véritable sens !

Il se souleva brusquement sur les avant-bras… vite avant qu'elle ne sente, qu'elle ne réalise ce qui se passait là… dans ce qu'il avait de plus intime…

Peine perdue… deux mains fines et décidées lui avaient attrapé la nuque, avaient plongé dans la chevelure dense pour que leur propriétaire reprenne possession de ses lèvres, de sa bouche, de sa langue…

Le cœur de Son Goku pulsait à tout rompre… c'était pire encore… la sensation ne cessait d'enfler… tout son corps était maintenant tendu comme un arc, à l'image de l'objet de sa gêne… sous la pression de ces lèvres gourmandes, le contact chaud, humide et sucré de cette langue joueuse… la caresse de ces mains volages qui exploraient maintenant le relief de ses muscles à vif, il sentait sa volonté défaillir.

Oubliée l'intimité dévoilée, balayée la gêne… sa main droite se mit à glisser elle aussi sur la peau blanche et souple qui s'offrait à elle…

Elle explora le relief voluptueux d'un sein… surpris la fermeté d'un téton qui se durci à son contact…glissa le long d'une taille souple et vibrante avant de suivre la courbe d'une fesse lisse dont le contact troublant lui donna des frissons…

Il arrêta un instant son geste… relevant la tête, dégageant sa bouche du volcan qui l'enflammait pour regarder à son tour sa partenaire dans le fond des yeux.

Il savait, son instinct lui criait qu'il fallait continuer, son regard à elle le suppliait de le faire…

C'est avec délicatesse cette fois qu'elle pris le visage aimé de l'homme de sa vie dans des mains légèrement tremblantes… s'appropriant à nouveau sa bouche d'un long baiser délicieusement sensuel…

Rassuré, ragaillardi par cet encouragement silencieux… Son Goku entrepris de continuer son exploration… lentement, ses doigts remontèrent au contact de la toison soyeuse qui recouvrait ce drôle de petit mont… un éclair lui ramena un tout petit instant à la vision fugitive de l'intimité de Bulma… Mais il n'était qu'un enfant ingénu à ce moment là…

Là, c'est une main d'homme qui descendait à présent dans la fente prolongeant ce mystère qu'avait toujours constitué pour lui le sexe féminin.

Une main qui agissait comme un catalyseur électrisant tout son être d'une onde formidable qui finissait d'embraser son bas ventre d'une morsure délicieuse… était-ce donc ça le désir ?

La fente s'était ouverte, s'offrant à la caresse de ses doigts curieux tandis que la jeune femme avait fermé les yeux, semblant à présent ronronner sous le contact viril de cette main impudente, de cette lance tendue qu'elle sentait gonflée tout contre sa cuisse, sous ce parfum musqué d'homme, sous le souffle à peine retenu de celui qui faisait avec elle la découverte du plaisir charnel.

Son Goku ne pensait plus… l'instinct, le plaisir, le désir avaient désormais pris le pouvoir de son cerveau en ébullition tandis qu'il découvrait les reliefs soyeux et glissants de l'intimité de la jeune femme… des reliefs qui semblaient s'animer à son contact… puis une ouverture, un gouffre, un abîme chaud et profond.

Une étincelle, une décharge, la lumière !

Le signe du Yin et du Yang… s'imbriquant si intimement l'un dans l'autre, solidaires et complémentaires. La lance du papillon dans le calice de la fleur… et cette impulsion impérieuse qui lui ceintura les reins d'une brûlure fulgurante…

En un éclair, il sut.

L'instant d'après, dans un mouvement souple il fut entre ces cuisses fermes, ses mains remontant ces courbes si harmonieuses pour se retrouver dans celles de la jeune femme qui s'offrait sans retenue à toute cette virilité soudain assumée.

Il resta un instant immobile, suspendu, tendu au dessus de ce corps dont chaque vibration lui arrachait un frisson brûlant qui finissait en aiguillon ardent à la pointe de son désir…

Elle buvait ses yeux d'un regard qui ressemblait à une supplique… il respirait son souffle comme un assoiffé avale une eau fraîche…

Il n'y avait plus de match, plus de combat… plus qu'une communion de désir, de plaisir…

Plaisir… malgré l'envie qui lui déchirait l'esprit et le ventre… il n'osait aller plus loin… et s'il se trompait…

Elle dût le sentir… d'un coup de rein ferme et précis, elle projeta ses jambes autour de la taille puissante qui la surplombait, talonnant de ses petits pieds frais les fesses fermes qui constituait la clé de voûte de cette promesse suspendue au dessus d'elle, plaquant le velouté humide de son intimité ouverte sur l'objet de son désir…

L'avait-il voulu ou non ? Il n'en savait rien… mais sa lance avait investi en partie le calice fleuri… et c'était tellement bon… tellement… il ne put se retenir et poussa plus en avant… quelque chose résista un instant, arrachant un gémissement… un frémissement à la victime de ce délicieux assaut pourtant d'une douceur infinie… un gémissement qu'il l'arrêta… dix ongles se plantèrent alors entre ses omoplates tandis qu'un ordre jaillit d'un autre gémissement : "Viens !"

Autant demander au soleil de se lever, à la vague de rouler ou à l'ombre de tourner… l'instant d'après il avait complètement investi ce corps qu'il sentait battre autour de cet étrange prolongement de lui qui n'était plus qu'un pic de plaisir…

Et maintenant… maintenant, il ne pouvait plus que reculer bien sûr… il hésita encore, il était si bien là, dans ce fourreau étroit et si délicieusement brûlant… mais ce fut plus fort que lui… plus fort et tellement bon, encore meilleur peut-être… l'air lui paru étrangement frais sur son membre humide, vite le remettre à l'abri de cette antre douillette… oh oui… éprouver encore le jouissif glissement entre ces parois fermes et tendres…

Lui faisait-il mal ?... L'idée lui traversa soudain l'esprit, fulgurant éclair de lucidité au milieu de cet océan de sensations intenses…

A l'évidence non ! Les yeux mi-clos de la jeune femme, la couleur inattendue de ses joues, ses lèvres entrouvertes qui laissaient échapper mille gémissement au moindre de ses mouvements, les ondulations de son corps souple comme autant d'ondes de plaisir… tout lui criait qu'elle semblait au moins autant jouir de l'instant que lui…

Il s'était arrêté le temps de cette réflexion… surprise, elle avait ouvert les yeux pour, l'instant d'après, resserrer ses cuisses sur le corps ferme qui l'étreignait… pressant plus étroitement encore le prolongement du désir de son compagnon qui emplissait son bas ventre.

Le plaisir de ce geste fut si intense, si fulgurant, que Son Goku sentit son désir s'emballer, aiguillonné par ce débordement brûlant, ce raz-de marée plus puissant qu'un jet d'énergie pure…

L'énergie… l'image incongrue de son vieux maître s'imposa soudain à lui… des paroles chuchotées à voix basses dans un coin de la salle de banquet résonnèrent à ses oreilles :

"Le moment venu… n'oublie pas… comme pour la force de combat, le secret est dans la maîtrise de l'énergie… dose ton effort, ralenti quand ton corps veut s'emballer, passe à l'offensive quand il mollit… gère ta course pour l'emmener aussi loin que possible… alors tu seras un homme digne de la femme que tu veux honorer…"

Sur le moment, il n'avait rien compris à ces étranges conseils… conseils qui prenaient maintenant tout leur sens… toute leur valeur.

Il sut d'instinct que s'il se laissait aller à la frénésie qui pourtant brûlait d'impatience chaque cellule de son corps chauffé à blanc… tout s'arrêterait très vite… trop vite.

Maîtriser l'énergie, cette force impérieuse qui aurait voulu prendre le pouvoir… il en était capable sans aucun doute… capable de maîtriser la fougue d'un corps qu'il soumettait depuis si longtemps à la rude discipline des arts martiaux.

Et il le fut… et c'est seulement quand, sentant le corps tremblant de la jeune femme ivre d'extase pulser au plus profond d'elle, que ses gémissements à peine contenus se muèrent en cris d'allégresse, qu'il libéra enfin toute la fougue qu'il retenait depuis si longtemps d'une volonté implacable… l'instant d'après… l'explosion de plaisir fut si intense, si brutale, qu'elle lui arracha un râle étrange tandis que tout son corps se cambra sous la tyrannie d'une onde insensée, que tout son être explosait dans un feu d'artifice d'une joie inouïe et abrupte.… qui semblait ressembler étrangement à celui qui avait cabré sa compagne un moment plus tôt !

Il s'écroula, épuisé, vidé, plus ruisselant qu'après le plus rude des entraînements… haletant et rompu mais incroyablement heureux.

Il n'y avait finalement aucun vainqueur… seulement deux vaincus qui se remettaient de cet étrange combat en s'endormant le sourire aux lèvres, lovés, enlacés dans les bras l'un de l'autre… le corps encore frémissant de l'expérience fantastique qu'ils venaient de partager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Nuit de Noces"... (lemon - réservé aux plus de 16 ans) - Foenidis   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Nuit de Noces"... (lemon - réservé aux plus de 16 ans) - Foenidis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fan Mangas Dragon Ball :: Général :: Coin des FanMangas :: Fans Fictions-